Category Archives: Non classifié(e)

La Caisse Desjardins du Centre-est de Montréal offre à L’Anonyme le plus grand don de son histoire

Le 5 décembre 2019 – Cet automne, la Caisse Desjardins du Centre-Est de Montréal a remis 50 000$ à L’Anonyme pour assurer et bonifier les services de notre autobus dans le secteur qu’elle dessert à travers les quartiers St-Michel, Mercier-Ouest, St-Léonard et Rosemont. Soucieux du bien-être et de la santé de ses membres, elle a choisi d’appuyer notre organisme qui œuvre depuis plusieurs années sur leur territoire.

« Il s’agit du don le plus important de notre histoire, a reconnu Sylvie Boivin, directrice-générale de L’Anonyme. Nous remercions bien humblement la Caisse pour la confiance qu’il nous témoigne avec ce geste. »

Grâce à ce financement supplémentaire, notre équipe est déjà plus présente sur le territoire de la Caisse depuis le début de l’automne. Cette tendance devrait s’accentuer au cours des prochains mois grâce à la présence accrue d’infirmières dans l’autobus et à la mise sur pied de nouvelles ententes avec des partenaires institutionnels, corporatifs et communautaires du secteur.

Notre équipe est fière de travailler sans relâche pour offrir un suivi et une écoute aux différentes populations que nous desservons à travers l’île de Montréal et plus spécifiquement sur le territoire de la Caisse. Nous espérons que ce don marque le début d’une longue collaboration entre L’Anonyme et la Caisse Desjardins du Centre-Est de Montréal.

Un nouveau projet-pilote de jour pour le SIS mobile

Le 5 décembre 2019 – L’Anonyme et le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (CCSMTL), sont heureux d’annoncer le début d’un projet-pilote de service d’injection supervisée (SIS) mobile de jour pour la période du 26 novembre 2019 au 31 mars 2020. En plus d’être présent toutes les nuits de 23h à 5h, le SIS mobile est désormais présent sur le terrain du mardi au vendredi de 7h à 13h avec un∙e intervenant∙e de L’Anonyme et un∙e infirmier∙ère du CCSMTL à bord.

« Ça fait plusieurs mois que notre équipe travaille sur ce projet que l’on considérait comme prioritaire dans le contexte de la crise des surdoses, a déclaré Julien Montreuil, directeur adjoint de L’Anonyme. Il existait un trou de service entre la fermeture de notre SIS mobile de nuit et l’ouverture des SCS fixes du centre-ville et de Hochelaga-Maisonneuve et nous sommes soulagés de pouvoir enfin y répondre. »

Depuis son ouverture le 19 juin 2017, le SIS mobile offre un espace sécuritaire aux personnes qui consomment des substances psychoactives par injection afin d’intervenir en cas de complications et de prévenir les surdoses. Seulement en 2018-2019, notre équipe y a réalisé plus de 2000 contacts.

Cette présence de l’unité mobile en matinée permettra aussi d’augmenter l’accessibilité aux SIS dans des secteurs peu ou pas desservis, tels que l’Ouest du centre-ville et le Sud-Ouest. L’équipe pourra ainsi rejoindre les personnes dès l’aube dans une plage horaire correspondant notamment à la sortie des ressources d’hébergement. Il s’agit d’une opportunité unique pour créer des nouveaux partenariats dans ces secteurs, pour faciliter la référence vers des ressources ouvertes de jour et pour développer des corridors de services entre le réseau de la santé et l’équipe du SIS mobile afin de soutenir les personnes dans le besoin.

Ce développement est rendu possible grâce à un investissement de 45 000 $ de L’Anonyme et au soutien de la Direction régionale de santé publique de Montréal. La poursuite du service au-delà du 31 mars 2020 sera réévaluée en fonction des résultats et de la disponibilité des ressources financières et humaines.

Quelques avancées au sujet du VIH

Le 29 novembre 2019 – La fin de 2019 marque un anniversaire important : il y a 30 ans, une légende du sport, Magic Johnson, dévoilait son statut séropositif au VIH. Quelques semaines plus tard, une vedette du rock, Freddie Mercury, s’éteignait des complications liées au sida. Ces évènements ont marqué l’imaginaire populaire et continuent, encore aujourd’hui, de teinter les croyances entourant le VIH.

En effet, bien que les avancées scientifiques en matière de traitement permettent maintenant aux personnes vivant avec le VIH (PVVIH) d’améliorer considérablement leur santé globale, de prolonger leur espérance de vie et de réduire à zéro le risque de transmission du virus par voie sexuelle, le VIH/sida fait encore peur. Les PVVIH sont encore exposées à une multitude de comportements et d’attitudes discriminatoires.

Les autorités en matière de santé publique au Canada s’entendent pour affirmer que les PVVIH qui suivent un traitement anti-VIH empêchant la réplication du virus dans le sang, tel que prescrit, participent aux soins et maintiennent une charge virale indétectable (moins de 200 copies du virus par ml de sang). Ainsi, ils ou elles (1) ne transmettent pas le VIH à leurs partenaires sexuels; (2) ne transmettent pas le VIH à leur bébé durant la grossesse (si elles maintiennent une charge virale indétectable tout au long de la grossesse et de l’accouchement); (3) ont un risque très réduit de transmettre le VIH lors de l’allaitement; et (4) ont un risque très réduit de transmettre le VIH aux personnes avec qui elles partagent du matériel de consommation de drogues injectables. Ainsi, lorsque ces précautions sont prises, il n’y a plus lieu de s’inquiéter pour la transmission du VIH. Il y a toutefois un travail de longue haleine à effectuer lorsqu’il s’agit de sensibiliser les personnes de la population générale à ces nouvelles avancées, et même au message I = I (indétectable = intransmissible).

Les organismes communautaires œuvrant en prévention du VIH et des autres ITSS travaillent d’arrachepied pour réduire les préjugés sur les des personnes séropositives. Pour sa part, L’Anonyme a mis sur pied en 2017 le projet Mouve, qui a spécifiquement pour but de contribuer à lutter contre la transmission du VIH, du VHC et des autres ITSS et de contrer la stigmatisation et la discrimination des personnes infectées. Qui plus est, L’Anonyme est d’avis qu’il y a encore beaucoup à faire pour réduire la stigmatisation à l’endroit des PVVIH et que, pour ce faire, il faut initier un changement de paradigme en matière de soins de santé et de services sociaux.

Prévention du VIH : l’audacieuse proposition du projet Mouve

Le 27 novembre 2019 – En 2017, l’Institut national de santé publique du Québec rapportait que 16,7 % des personnes nouvellement infectées au VIH dans la province étaient originaires de pays où l’infection est endémique, principalement de l’Afrique subsaharienne et des Caraïbes. Les jeunes issu·es de ces communautés présentent des vulnérabilités spécifiques liées à différents facteurs sociodémographiques. Malgré ces constats, peu d’initiatives éducatives s’adressent à elles/eux, au Québec, faute de ressources.

Depuis avril 2018, grâce au projet « Mouve/Move », l’équipe du programme d’éducation à la sexualité de L’Anonyme pallie à ce manque en animant gratuitement et de façon bilingue des ateliers pour faire la prévention des ITSS directement dans les milieux que ces jeunes fréquentent. L’objectif est simple : renforcer la capacité des jeunes montréalais·es à faire des choix éclairés et à adopter des comportements favorisant une bonne santé sexuelle tout en réduisant les facteurs de transmission.

En quelques mots, Mouve c’est :

  • Trois ateliers d’éducation à la sexualité pour les jeunes de 14 à 35 ans appartenant aux communautés ciblées animés par un intervenant et une professionnelle en sexologie.
  • Trois thèmes abordés durant les ateliers : les croyances et leur impact sur la sexualité, la santé sexuelle et les comportements sexuels sécuritaires et à risque, et finalement, les méthodes de protection et le dépistage des ITSS.
  • Un accès privilégié au test de dépistage des ITSS à l’issue de la troisième rencontre du projet.
  • Un kiosque éducatif et interactif animé dans divers évènements estivaux qui permet à l’équipe de rejoindre davantage de jeunes dans des contextes informels et propices aux échanges

Mouve démontre l’efficacité des initiatives interactives d’éducation à la sexualité sur le renforcement de la capacité des jeunes caribéen·nes et subsaharien·nes de Montréal à prendre en charge leur santé sexuelle. Depuis son implantation en avril 2018, le projet a permis à notre équipe de rencontrer près de 800 jeunes dans les ateliers et a généré près de 80 réponses au quiz interactif que nous proposons à notre kiosque lors d’événements.

L’implantation du projet met également en lumière, par l’offre d’un corridor de services menant au test de dépistage des ITSS sur place, la nécessité de coordonner les actions communautaires et sanitaires afin de pouvoir faciliter l’accès aux soins liés aux ITSS pour tous·tes en allant directement vers les jeunes. Le volet évaluatif du projet démontre une augmentation significative des connaissances et un renforcement de la capacité des jeunes à accéder au test de dépistage des ITSS. Plus de 31% des jeunes ont accédé à un test de dépistage suite à l’atelier « Protection et dépistage ».

Contactez notre équipe pour accueillir nos ateliers dans votre milieu ou pour recevoir notre kiosque lors de votre prochain événement.

Cocktail-bénéfice de L’Anonyme 2019: 132 000 fois merci

Le 22 octobre dernier, L’Anonyme, organisme communautaire de l’Est de Montréal, tenait son 8e cocktail-bénéfice annuel à la Tohu. C’est plus de 270 personnes issues du milieu communautaire, de la communauté d’affaire et du milieu institutionnel qui ont participé à cette grande fête qui a permis à l’organisme d’amasser 132 000$ pour soutenir sa mission. « On doit absolument souligner la chance que nous avons d’avoir d’excellents partenaires qui, année après année, nous appuient et font la promotion de notre travail au sein de leurs organisations et de leurs réseaux. », a insisté Julien Montreuil, directeur adjoint de L’Anonyme, quand il s’est adressé à la foule.

La présidence d’honneur de l’événement était assurée par Marie-Claude Durand, chef–relations avec le milieu pour la région de Montréal chez Hydro-Québec. Mme. Durand en a profité pour annoncer un don majeur à l’organisme: « Hydro-Québec est particulièrement fière que son don ait permis de financer une 7e nuit dans l’autobus de L’Anonyme qui sillonne les différents quartiers de la Ville de Montréal pour accompagner des personnes vulnérables et à risque. Il s’agit d’une première dans les 30 ans d’histoire de l’organisme. »

Cette année marque en effet le 30e anniversaire de l’organisme qui oeuvre à promouvoir des comportements sécuritaires et des relations égalitaires ainsi qu’à prévenir la transmission des
infections transmissibles sexuellement ou par le sang (ITSS) par une approche humaniste de proximité à travers ses programmes d’intervention de proximité, d’éducation à la sexualité et de sécurité urbaine.

«L’Anonyme c’est près d’une quarantaine d’employés dévoués qui par leur engagement et leur travail font la promotion du vivre ensemble dans une société ou on préfère trop souvent nous opposer plutôt que de nous rassembler. Aujourd’hui, je veux leur rendre hommage ainsi qu’à tous les employés et les administrateurs qui se sont succédés depuis 30 ans pour faire de l’organisme ce qu’il est aujourd’hui.», a tenu à souligner Sylvie Boivin, directrice-générale de l’organisme.