All posts by Julien Montreuil

Se péter la face

Le 23 novembre 2020 – Depuis 2018, plus de 15 000 décès ont été associés aux surdoses d’opioïde au Canada. Si ce phénomène a d’abord frappé la côte ouest du pays, le Québec n’est plus en reste et est lui aussi atteint par cette vague de décès. Selon l’institut national de la santé publique, 191 personnes seraient décédées d’une intoxication aux drogues entre mars et juin dernier dans notre province. Il s’agit d’une augmentation de 51% par rapport à l’année précédente. Selon le Bureau du Coroner du Québec, en juillet dernier, Montréal aurait connu le pire mois de son histoire quant au nombre de surdoses mortelles signalées sur son territoire avec 23. Ces chiffres concordent avec les observations de notre équipe sur le terrain qui n’a jamais reçu autant de signalements de surdoses. Uniquement dans les dernières semaines, notre équipe en a reçu plus d’une dizaine.

Aidez nous à continuer d’agir pour réduire ces décès évitables!

Plusieurs facteurs expliquent la hausse des décès par surdose, mais c’est l’arrivée sur le marché noir de puissants opioïdes comme le fentanyl qui met le plus à risque les utilisateur.rices de drogue. La pandémie a rendu l’approvisionnement des revendeurs plus difficile. La fermeture des frontières ainsi que les mesures de distanciation physique mises en place diminuent la quantité de drogue disponible et encourage les revendeurs à couper les substances afin de répondre à la demande. L’ajout de fentanyl est une façon d’augmenter la puissance des drogues à faible coût. Sans dispositif de vérification des drogues, il est impossible de reconnaitre sa présence puisqu’elle est incolore et inodore. Malheureusement, à peine quelques grains de fentanyl suffisent pour tuer.

En attendant que des actions concrètes soient adoptées par le gouvernement fédéral pour lutter contre cette crise comme la mise sur pied d’un programme d’approvisionnement sécuritaire ou la légalisation de toutes les drogues, L’Anonyme, tente de réduire la portée de la crise des surdoses grâce à :

  • Son service d’injection supervisée (SIS) mobile qui accueille et permet aux personnes utilisant des drogues par injection de consommer en toute sécurité sous la supervision d’un.e infirmier.e et d’un.e intervenant.e. Cette initiative vise à prévenir les surdoses et intervenir en cas de complications liées à l’injection.
  • La présence de notre autobus sur le terrain sept jours par semaine pour faire la distribution de matériels de prévention et sensibiliser la population quant aux bonnes pratiques à adopter pour réduire les chances de surdoses.
  • La distribution de nombreuses trousses de naloxone, un antidote qui inverse les effets d’une surdose d’opiacé, et de bandelettes de détection de fentanyl aux personnes qui fréquentent nos unités mobiles.
  • La diffusion des avis de la santé publique concernant les drogues pour lesquelles on a rapporté des surdoses.

Vous voulez nous soutenir dans nos démarches pour mettre freiner la crise des surdoses et éviter le plus de décès possible ? Contribuez à notre campagne de dons.

Frapper un mur

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, l’itinérance est plus visible que jamais. Constamment sous-évaluée, elle se présente sous des formes variées et insoupçonnées. Une perte d’emploi, une hausse de loyer abusive, une séparation : les raisons de se retrouver en situation d’itinérance sont aussi diverses que les formes qu’elle peut prendre. Avec l’interdiction de recevoir des personnes à la maison, l’hébergement d’urgence chez des ami.es se fait plus difficile et les tentes plus présentes dans l’espace public.

Depuis plus de 30 ans, L’Anonyme accompagne les personnes en situation d’itinérance à travers ses programmes d’intervention de proximité et Tandem-Mercier-HM. Que ce soit grâce à la distribution de matériel stérile, l’écoute active de nos intervenant·es ou le référencement vers les ressources les mieux adaptées à leurs besoins, notre équipe a à cœur d’offrir à ces personnes l’accompagnement dont elles ont besoin. En allant à leur rencontre grâce à nos unités mobiles et en basant nos interventions sur leur rythme et leurs besoins, nous faisons une différence auprès de ces populations marginalisées souvent délaissées.

Aidez-nous à continuer d’agir 

Dès le début de la pandémie, nous savions que les prochains mois seraient difficiles pour les usager·es de notre unités mobiles. Plus isolé.es et plus souvent confronté.es à des ressources fermées, elles et ils sont plus à risque de connaître des problèmes de santé et moins enclin à aller dans les refuges et les haltes de repos, espaces qui sont partagés avec d’autres usager.es. Nous avons assisté à des changements dans les besoins qu’ils et elles expriment et nous avons adapté notre approche pour mieux répondre à leurs attentes.

Tout d’abord, nous avons travaillé d’arrache-pied pour adapter nos actions en intervention de proximité pour les rendre sécuritaires et en faciliter l’accès :

  • En triplant nos déplacements sur appel pour faire face à la dispersion des populations que nous accompagnons.
  • En mettant en place des protocoles nous permettant d’assurer la sécurité de nos employé.es et des usager.es

Ensuite, nous avons mis en place de nouvelles initiatives pour répondre aux besoins émergents en :

  • Transformant notre autobus en cantine mobile pendant les premiers mois de confinement. Cette initiative nous a permis de distribuer plus de 14 000 repas à des personnes dans le besoin.
  • Offrant un service d’accompagnement psychosocial aux abords des refuges et des points de distribution de nourriture dans l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.
  • Mettant sur pied une escouade d’agent·es de sensibilisation pour faire la promotion des mesures de distanciation physique et du vivre ensemble auprès de la population des arrondissements Rosemont–La-Petite-Patrie et Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Depuis la fin du mois d’août, ces agent·es sont très présent.es au campement Notre-Dame pour offrir du soutien aux personnes qui y ont installé leur tente. Au total, c’est plus de 3300 personnes qui ont été sensibilisées, plus de 600 interventions qui ont été faites et plus de 3300 masques qui ont été distribués.
  • Créant une équipe d’intervenant.es dédiée à l’accompagnement vers les centres de dépistage de la COVID-19 des personnes en situation de vulnérabilité. Ce service de navette permet de favoriser l’accès au dépistage pour les personnes isolées et les personnes en situation d’itinérance de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Vous voulez nous soutenir dans le développement de nouvelles initiatives et encourager notre équipe à faire preuve de créativité et à repousser ses limites? Contribuez à notre campagne de dons.

Dépistage de la COVID-19 : un service de navette voit le jour pour faciliter le transport des personnes vulnérables

Montréal, le 12 novembre 2020 – Pour freiner la transmission de la COVID-19 et participer à l’effort collectif des Montréalais·es, L’Anonyme met sur pied une équipe d’intervenants dédiée à l’accompagnement vers les centres de dépistage de la COVID-19 des personnes en situation de vulnérabilité, et ce jusqu’au 31 mars 2021. Cette initiative est financée par la Fondation du Grand Montréal et par Fondations philanthropiques Canada, par le biais du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire et de l’initiative COVID-Québec du Collectif des fondations québécoises contre les inégalités. Elle permettra de favoriser l’accès au dépistage pour les aîné·es, les personnes isolées et les personnes en situation d’itinérance de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Ces nouveaux intervenant·es travailleront de concert avec nos agent·es de sensibilisation qui font la promotion des mesures de distanciation physique et du vivre ensemble, depuis cet été, dans l’Est de Montréal.

« La clinique de dépistage est éloignée des secteurs les plus densément peuplés de l’arrondissement et difficilement accessible pour les personnes qui n’ont pas de véhicule ou n’ont pas les ressources financières pour prendre un taxi », selon Sophie Gagnon, coordonnatrice du projet. « Avec l’hiver qui se pointe le bout du nez, les enjeux d’accessibilité aux sites de dépistage vont augmenter et nous voulons agir en amont pour offrir des options aux populations les plus vulnérables. »

Le service vise à soutenir nos partenaires communautaires et institutionnels en offrant aux personnes qu’ils accompagnent une solution plus facile pour accéder au dépistage. Pour avoir accès à la navette, les personnes intéressées devront être référées par un organisme de l’arrondissement, par exemple Le Chez-Nous de Mercier-Est qui offre des services aux aîné·es, par un partenaire institutionnel, notamment les CLSC de l’arrondissement, ou par un intervenant.

Un service sécuritaire offert sept jours sur sept
Grâce à un véhicule entièrement aménagé pour répondre aux exigences de la santé publique, un·e chauffeur assurera le transport des personnes jusqu’aux centres de dépistage et leur retour à la maison. Les intervenant·es à bord du véhicule offriront des renseignements sur les mesures sanitaires qui s’appliquent, un soutien psychosocial et un service de référencement vers des ressources pouvant répondre aux besoins de la personne accompagnée. Le service sera offert sur rendez-vous de 8h à 16h du dimanche au mercredi et de 10h à 18h du jeudi au samedi.

L’Anonyme lance sa campagne de dons
Notre organisme lance cette semaine la première campagne de dons de son histoire. Ayant pour objectif d’amasser 25 000 $, cette campagne numérique intitulée « L’Anonyme, toujours équipé pour veiller tard ! » se déroulera jusqu’au 31 décembre prochain et vise à sensibiliser les citoyen·nes à la réalité des populations que nous accompagnons.

« Les besoins sont plus grands que jamais en 2020 en raison des deux crises sanitaires qui frappent Montréal en même temps : la crise des surdoses et la pandémie de COVID-19, a déclaré Sylvie Boivin, directrice générale de L’Anonyme. Nous comptons sur la générosité de la population pour nous aider à continuer d’agir auprès des Montréalais et développer de nouvelles initiatives. »

Au fil de la campagne, nous aborderons quatre thèmes qui sont au coeur de notre travail : l’itinérance, les infections transmissibles sexuellement, les relations égalitaires et la crise des surdoses. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour avoir accès au contenu que nous vous avons préparé et donnez généreusement !

Éducation à la sexualité – Réservez votre atelier pour l’automne

Le 3 septembre 2020 – L’équipe du programme d’éducation à la sexualité de L’Anonyme planifie actuellement ses interventions dans les écoles, les groupes communautaires et les milieux institutionnels pour l’automne. Vous désirez recevoir nos intervenant·es formé·es en sexologie dans votre milieu? Nous vous invitons à nous contacter par courriel au [email protected] ou par téléphone au 514-842-1488 afin de discuter de vos besoins pour cette nouvelle année. Il nous fera plaisir de répondre à vos questions.

Comme la santé des jeunes, du personnel enseignant et de notre équipe nous tient à cœur, tous les ateliers ont été adaptés afin de respecter les mesures sanitaires. Il est également possible d’opter pour l’animation virtuelle de nos contenus.

Il nous fait donc plaisir de vous partager notre offre d’ateliers d’éducation à la sexualité pour l’année 2020-2021. En plus de retrouver nos projets qui suscitent beaucoup d’intérêt depuis les dernières années, vous pourrez prendre connaissance de nouvelles initiatives qui visent à rejoindre des populations plus spécifiques :

• Le projet L’égalité à raconter, s’adressant aux enfants de 4 à 6 ans.
• Le projet EXTRA, s’adressant aux personnes vivant avec un trouble du spectre de l’autisme ou un trouble envahissant du développement.

En plus des ateliers de différents projets de L’Anonyme, l’équipe du programme d’éducation à la sexualité offre également des contenus développés en conformité avec les canevas pédagogiques du Ministère afin de soutenir les établissements scolaires de niveau secondaire dans la dispensation de ces apprentissages.

Notre mission est d’offrir des contenus d’éducation à la sexualité qui se veulent inclusifs, positifs et bienveillants, afin que les jeunes développent des relations égalitaires et consensuelles. Nos ateliers sont interactifs, ludiques et éducatifs.

Au plaisir de collaborer avec vous !

Des agents de sensibilisation communautaire dans l’est de Montréal pour lutter contre la pandémie de COVID-19.

Montréal, le 20 juillet 2020 – L’Anonyme et Le Chez-Nous de Mercier-Est sont heureux d’annoncer la mise sur pied d’une équipe d’agent·es de sensibilisation pour faire la promotion des mesures de distanciation physique et du vivre ensemble. L’équipe de L’Anonyme sera présente dans les parcs des arrondissements Mercier—Hochelaga-Maisonneuve et Rosemont—La Petite-Patrie tandis que Le Chez-Nous de Mercier-Est concentrera ses actions dans le secteur de Mercier-Est grâce à la participation financière du Ministère des Transports et des deux arrondissements nommés précédemment et au soutien du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. Sept intervenant·es iront à la rencontre des résident·es de ces secteurs en vélo ou à pied pour contribuer à la promotion des efforts déployés par la santé publique en regard de la COVID-19. Ce projet permettra également d’observer et de documenter les dynamiques sociales ainsi que les enjeux émergents liés à la pandémie dans ces quartiers.

« Les parcs seront beaucoup plus occupés qu’à l’habitude cet été, selon Sophie Gagnon, coordonnatrice du programme en sécurité urbaine Tandem à L’Anonyme. Nous voulons aller à la rencontre des gens pour nous assurer que tout le monde se sent en sécurité et favoriser la cohabitation entre les personnes qui s’y réuniront. »

Six membres de l’équipe du programme en sécurité urbaine Tandem de L’Anonyme interviendront auprès des citoyens de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (4) et Rosemont-La-Petite Patrie (2). En plus de faire la promotion des mesures pour freiner la propagation de la COVID-19 et d’intervenir pour éviter les conflits entre les citoyen·nes, les intervenant·es feront de la prévention lors des périodes de chaleur accablante. Un intervenant·e du Chez-Nous de Mercier-Est sera dédié exclusivement à l’intervention auprès des personnes aînées vulnérables du quartier Mercier-Est. Le Chez-Nous de Mercier-Est a développé une expertise dans l’intervention de proximité auprès de cette population qui leur permettra de faire la promotion des actions de prévention concernant la pandémie, la chaleur accablante, le Programme Pair ou encore les autres enjeux pouvant toucher les aînés.

« Depuis le début de cette période difficile, notre organisme accompagne et soutient les aînés du quartier, déclare Melda Saeedi, directrice générale du Chez-Nous de Mercier-Est. Ce projet nous permet d’agir et d’intervenir là où ils seront présents. »

Les agents de sensibilisation travailleront en complémentarité avec les autres intervenant·es du réseau communautaire afin d’assurer une cohésion des actions et pour faciliter les références vers les ressources communautaires et du réseau de la santé et des services sociaux.

À propos de L’Anonyme :
L’Anonyme vise à promouvoir des comportements sécuritaires et des relations égalitaires ainsi que prévenir la transmission des infections transmissibles sexuellement ou par le sang (ITSS) par une approche humaniste de proximité. À travers nos trois axes d’intervention — la sécurité des biens, des personnes et des collectivités —, son programme en sécurité urbaine Tandem vise à sensibiliser, accompagner et outiller les citoyen·nes afin de leur permettre de s’approprier les lieux publics et d’habiter un milieu de vie sécuritaire.

À propos du Chez-Nous de Mercier-Est :
Le Chez-Nous est un centre communautaire vivant et dynamique à l’image des aînés. Il y règne un esprit familial d’entraide et de soutien, notamment auprès des aînés en légère perte d’autonomie. Vous y découvrirez des personnes impliquées et heureuses de contribuer au succès de leur centre.

Contact :
L’Anonyme
Guillaume Faucher – coordonnateur aux communications
[email protected]nonyme.ca – (514) 808-4615

 

Le Chez-Nous de Mercier-Est
Korentin Simon – chargé des communications
[email protected] – (514) 354-5131 P.34