Programme d’éducation sexuelle

L’Anonyme propose des activités de prévention et d’éducation sexuelle afin de favoriser l’adoption de comportements sexuels sécuritaires et le développement d’un esprit critique favorisant des relations saines et égalitaires. Une équipe de chargées de projet en sexologie se déplace dans des organismes communautaires, des milieux scolaires et institutionnels afin d’animer les ateliers du programme.

Projet Satellite Prévenir et intervenir auprès de jeunes de 12 à 25 ans, à risque ou en situation d’exploitation sexuelle, par le biais d’ateliers éducatifs et interactifs.

Thèmes abordés : les relations égalitaires, le consentement sexuel, les stéréotypes de genre et la prévention de l’exploitation sexuelle.

Projet MOUVE  – Offrir aux jeunes de 14 à 35 ans issu-e-s des communautés caribéennes et africaines subsahariennes des services culturellement adaptés de prévention du VIH et des autres ITSS en collaboration avec des pairs-aidantes.

Thèmes abordés : la santé sexuelle, le dépistage et les croyances relatives à la sexualité.  Ateliers disponibles à compter d’avril 2018.

Projet Focus Prévenir les abus et les violences sexuelles auprès des personnes de 12 ans et plus présentant une déficience intellectuelle légère à modérée.

Thèmes abordés : introduction à la sexualité et aux relations amoureuses, les relations égalitaires et consensuelles et la prévention des abus et des violences sexuelles. Ateliers disponibles à compter de mai 2018.

Projet Sphères Accompagner des jeunes de 12 à 24 ans, en situation d’exploitation sexuelle, dans des démarches centrées sur leurs besoins et leurs aspirations. Cette initiative s’inscrit dans une approche globale et de réduction des méfaits qui vise le mieux-être des personnes rencontrées. Pour réaliser ce projet, le travail et l’expertise des partenaires suivants sont réunis : CIUSSS CSIM, CIUSSS ODIM, En Marge 12-17, L’Anonyme et le SPVM (programme Les Survivantes) .

*Le programme est réalisé grâce aux contributions financières de l’Agence de la santé publique du Canada, du Ministère de la Sécurité publique du Québec et du Centre national de prévention du crime.