Programme d’éducation sexuelle

L’Anonyme propose des activités de prévention et d’éducation sexuelle afin de favoriser l’adoption de comportements sexuels sécuritaires et le développement d’un esprit critique favorisant des relations saines et égalitaires. Une équipe de chargées de projet en sexologie se déplace dans des organismes communautaires, des milieux scolaires et institutionnels afin d’animer les ateliers du programme.

Projet Satellite Prévenir et intervenir auprès de jeunes de 12 à 25 ans, à risque ou victimes d’exploitation sexuelle, par le biais d’ateliers éducatifs et interactifs animés par une sexologue. 

Thèmes abordés : les relations égalitaires, le consentement sexuel et l’exploitation sexuelle.

Projet MOUVE  – Offrir aux jeunes de 12 à 35 ans issus des communautés caribéennes et africaines subsahariennes des services culturellement adaptés de prévention du VIH et des autres ITSS, en collaboration avec des pairs-aidants.

Thèmes abordés : les ITSS, le dépistage et les croyances relatives à la sexualité.  Ateliers disponibles à compter d’avril 2018.

Projet Prop’Âges  Accompagner des personnes âgées de 55 ans et plus, vivant notamment en situation de précarité ou de vulnérabilité, dans l’adoption de comportements sécuritaires et prosociaux en matière de sexualité et de relations amoureuses.

Thèmes abordés : la sexualité et le vieillissement, les dynamiques relationnelles, le consentement et les mythes et préjugés.

Projet Sphères Soutenir 150 garçons et filles, exploités sexuellement, vers une sortie de la prostitution. Le projet se déroule dans la grande région montréalaise. Il est visé d’établir un continuum de services intégrés, destinés tant aux jeunes, aux parents qu’aux intervenants. Pour réaliser ce projet, le travail et l’expertise des partenaires suivants sont réunis : CIUSSS CSIM, CIUSSS ODIM, En Marge 12-17, L’Anonyme et le SPVM.

*Le programme est réalisé grâce aux contributions financières de l’Agence de la santé publique du Canada, Ministère de la famille – Québec ami des aînés, du Ministère de la Sécurité publique, du Centre national de prévention du crime et de la Fondation Jeunes en tête.