apropos

Historique

2014

L’Anonyme a 25 ans. La fête est jumelée à la troisième soirée de financement annuelle de l’organisme.

2012

L’Anonyme innove en effectuant sa première levée de fond au théâtre Rialto. L’objectif premier: offrir une visibilité à l’organisme. Mission accomplie !

2011

L’Anonyme déménage ses pénates sur la rue Hochelaga dans un espace plus approprié à la croissance de son équipe et à l’expansion de ses activités. Nous en profitons pour souligner nos 20 années de service tout en inaugurant notre nouvel autobus.

2010

Une importante levée de fonds est lancée pour remplacer le motorisé qui n’a pas supporté le poids des années. Le nouvel autobus est aménagé en fonction des besoins des personnes ciblées. Un changement s’opère à la direction générale de L’Anonyme qui devient bicéphale et revisite son mode de fonctionnement.

2008

Deux nouveaux projets d’éducation et de prévention voient le jour et se développent dans deux écoles de Saint-Michel, « Basta » pour les jeunes filles et « Attache ta tuque » pour les garçons.

2007

Élargissant le projet précédent, « Hey fille! Mets tes culottes » est mis en place dans le quartier Saint-Michel afin de promouvoir la santé sexuelle des jeunes femmes de 14 à 30 ans à risque et à outiller les intervenant(e)s des différents organismes de ce quartier que nous ciblons comme prioritaire. En collaboration avec la radio communautaire CIBL, le projet « Radio Anonyme, la rue en direct » voit le jour et vise à donner la parole aux jeunes marginaux.

2005

Le projet de prévention du VIH et des ITSS – en regard des comportements sexuels à risque – « Mets tes culottes» est développé et vise à outiller les intervenant(e)s œuvrant auprès des personnes utilisatrices de drogues et à aborder le sujet de la sexualité et de la prévention avec ces personnes.

2004

À la suite du constat d’une absence de services la nuit au Centre-ville de Montréal pour les plus démunis, « L’Anonyme la nuit » voit le jour. Le motorisé est dorénavant présent trois soirs et deux nuits par semaine dans les rues de Montréal.

2003

Comme organisme d’accueil, L’Anonyme se joint à l’aventure des Pairs-Aidants.  Ceux-ci sont des jeunes qui ont eu des expériences reliées à la consommation de drogues et à un mode de vie marginal et qui ont réussi à prendre assez de recul face à cette réalité pour pouvoir offrir à d’autres le fruit de leur expérience. L’Anonyme poursuit sa mission, de nouveaux quartiers sont sillonnés et différents groupes de recherche s’appuient sur ses activités pour contribuer à une meilleure compréhension de la réalité que vivent les jeunes en difficulté.

2002

L’Anonyme acquiert enfin un nouveau motorisé essentiel à la réalisation de sa mission. Désormais, L’Anonyme est présent quatre soirs par semaine dans les secteurs du Centre-ville, du Centre-sud, Saint-Michel, Pointe-St-Charles et Notre-Dame de Grâce. De plus, l’organisme déménage au Centre communautaire du Faubourg Saint-Laurent.

1999

L’Anonyme développe un programme de réinsertion sociale en employabilité. Le projet « Propulsion » permet aux participants d’acquérir différentes habiletés, sur une base volontaire, dans le domaine de la couture et d’intégrer ensuite le marché du travail.  Un suivi est offert aux participants, selon leurs besoins. 

1998

Dans un effort collectif de santé publique, L’Anonyme reçoit le mandat de réduire la propagation des ITSS, et recommande dorénavant de considérer l’infection au VIH comme une conséquence probable de l’usage de psychotropes. L’organisme offre désormais un service d’échange de seringues pour les utilisateurs de drogues injectables (les UDI) de tout âge afin de prévenir la transmission du VIH/Sida et des autres ITSS.

1992

L’Anonyme devient un organisme à but non lucratif et développe ses activités dans différents quartiers de Montréal, là où les jeunes en difficulté se trouvent, dans une approche de travail de rue avec un véhicule motorisé. Oeuvrant d’abord dans les quartiers centraux de la Ville de Montréal, L’Anonyme étend son rayon d’action à l’ensemble des quartiers montréalais.

1990

Le projet de L’Unité d’intervention mobile L’Anonyme entre en opération grâce à un prix décerné par la Fondation Gannett, une des plus importantes fondations philanthropiques privées en Amérique du Nord. L’Anonyme est créé dans une perspective de complémentarité aux services déjà existants. Son unité d’intervention mobile circule désormais dans les rues de Montréal, là où les jeunes en difficulté requièrent de l’aide,  avec une équipe ayant la compétence nécessaire pour écouter les jeunes et leur offrir des alternatives à ce qu’ils vivent.

1989

La Fondation des enfants maltraités du Québec élargit la portée de sa mission et vise alors à rejoindre les jeunes en difficulté dans leur milieu de vie afin de jouer auprès d’eux un rôle de soutien et d’intervention directe, sous l’emblème de l’anonymat et de l’action volontaire.  Dès lors un projet naît, L’Anonyme.